Gazette

 

 

LE VIN SANS, LE VIN SAIN ?

 

Avez-vous remarqué la profusion de labels, de médailles, de notes et approbations de jury plus ou moins officiels et de mises en avant "green-washées" dans le monde de l'agro-alimentaire ? On ne sait plus ou donner de la dent et de la glotte ! Car le vin n'échappe pas à la tendance : il est bien tentant de récupérer commercialement la sympathie naturelle qui pousse le consommateur vers le "sans". Sans quoi, au juste ? Sans adjuvants, sans intrants, naturel, bio, biodynamique, sans soufre ajouté...Et maintenant, le vin VEGAN. Heureusement que le vin ne contient pas de Gluten ! Bon, nous sommes les premiers à défendre les vins les plus naturels possibles, le glyphosate, les insecticides et le soufre ne nous régalent pas. Mais à force de multiplier les informations, à force de soustractions hautement claironnées, les commerciaux ne risquent-ils pas de passer pour (ce qu'ils sont) des opportunistes, plus sensibles aux modes que prêts à adhérer à une philosophie globale qui dépasse de loin le monde du vin et de la vigne. Nos vignerons dits "nature" (ils n'aiment guère ce qualificatif) ont mis en place une démarche globale : la vigne est travaillée proprement, les vins sont vinifiés sans, où avec le moins d'intrants possibles, et celà participe pour eux d'une vision à long terme et, osons le dire, d'une philosophie de vie. Ils ne mangent pas n'importe-quoi, favorisent les achats de proximité, savent bien que la vitalité du tissu économique local est le gage de leur durabilité. Ils ne sont pas pour autant extrémistes et vivent avec leur temps; ils sont simplement engagés sur le long terme, ont le souci de la santé de leurs enfants, de leurs clients et de la leur aussi.

Permettez-nous de douter des motivations des négociants ou grands domaines qui inondent les linéaires de vins "sans", à l'affût qu'ils sont de la dernière tendance : non que "big" soit forcément "bad" et "small always marvelous", mais nous pensons qu'il n'est nul besoin de surenchère sur les étiquettes pour convaincre de sa bonne foi. Nous rencontrons nos vignerons, dans leurs vignes et dans leurs caves, ou sur des salons "sélectifs" dans laquels il faut montrer "patte blanche" pour s'y inscrire. Des tricheurs éventuels ? Ils sont vite démasqués, petits domaines, petits vignerons, petit milieu...Alors, méfiez-vous des bouteilles qui en disent trop.

Et pour rire un peu, l'excellent (bien que très partial) blog de Vincent Pousson www.ideesliquidesetsolides.blogspot.fr et plus particulièrement le billet du 5.09 intitulé Monsieur moins et qui a inspiré cette petite chronique.

 

 

PENURIE ?


Devons-nous craindre de manquer de vin en 2018 ? La violente vague de gel qui a touché le vignoble en ce mois d'avril 2017 hypothèque lourdement le millésime. Et nous sommes encore loin des vendanges. Toutes les régions de France ont été affectées à des degrés divers et le Languedoc connaît ses plus gros dégâts depuis deux à trois décennies selon les secteurs. L'avance de végétation était notable (jusqu'à trois semaines) et les destructions sont d'autant plus cruelles.

Pour Chablis, la Loire, le Jura, une partie de la Bourgogne, les millésimes à problèmes s'enchaînent et l'équilibre économique des exploitations est très difficile à assurer malgré une nécessaire hausse des prix. La France n'est pas la seule à être touchée, Italie, Espagne, Allemagne connaissent aussi ce fléau.

Nombreux sont nos amis vignerons à se trouver en difficulté mais nous pensons plus particulièrement au Mas des Chimères à Octon (troisième millésime à problème, plus de 60% de vignes gelées) et au domaine du Loup Blanc à Bize-Minervois (plus de 70%). Le meilleur soutien que nous puissions leur apporter est de continuer à boire leur vin, quitte à les payer un peu plus chers pour leur éviter de disparaître.

 

 

LA REPRISE et...THE END (donc promos ! )

 

Le retour des samedis dégustation à St Gély dès le 29 avril sous le signe de l'excellent millésime 2014 en Terrasses du Larzac : 2 cuvées de Montcalmès blanc et 3 de rouge et la Traversée du vigneron-musicien Gavin Crisfield.

 

El le 13 mai, les 2014 de la Grange des Pères, les 3 couleurs du Mas des Brousseset les 3 couleurs d'Eos d'Eric Laguerre.

 

 

 

 

C'est la fin pour le magasin de Port Marianne : la boutique fermera ses portes le 29 avril. Après une quasi-décennie d'exploitation, cet emplacement n'a pas fait ses preuves. Restauration, bar à vins et boutique dans un même lieu : un concept séduisant sur le papier mais difficile à rentabiliser dans un quartier pour le moins compliqué et dans un local aux charges "gargantuesques". En attendant de nouvelles aventures, Rémi "liquide" le stock pendant tout le mois d'avril; faites un détour par le sud !

 

 

AIR DU TEMPS


Les principaux salons du vin sont passés, le printemps commence à poindre, il est temps de donner quelques nouvelles. Tout d'abord, la confirmation que 2016 est bien le millésime "horribilis" en val de Loire et Bourgogne : la récolte est historiquement minuscule du fait des épisodes de gel, grêle, mildiou...Les autres régions tirent mieux leur épingle du jeu, même si la sécheresse a frappé, particulièrement dans le bassin méditerranéen. Moins de vin en Languedoc et Roussillon mais un superbe millésime, concentré et équilibré à la fois. Les 2014 d'élevage long vont arriver début avril, ainsi que les 2015 "sérieux" et déjà les cuvées "friandes" de 2016. En attendant, jetez un coup d'oeil au Rhône septentrionnal pour constater l'entrée des superbes vins de David Reynaud du domaine des Bruyères : nous sommes ravis de compléter la gamme des incontournables Combier (exceptionnel rouge domaine 2015), Gonon, Jamet, Sept Lunes avec ses magnifiques Syrah.

 

 

CAVISTE DE POCHE ET RISQUE ZERO


Vous en rêviez , Myoeno l'a fait : cette société commercialise un objet connecté qui caractérise le vin que vous dégustez (par "trempage" de la sonde dans votre verre), enregistre vos préférences, pour ensuite vous conseiller des vins de profil organo-leptique très proche de ceux que vous avez aimés. Des vins qui devraient forcément vous plaire, vous permettant de limiter le risque d'être déçus.

Nous ne connaissons pas les critères d'analyse (acidité, moelleux, tannins, arômes ???) et ne savons pas si l'application tient compte des accords vins et mets mais, ce qui est certain, c'est qu'elle s'adressent aux amateurs de "sécurité" qui craignent avant tout d'être (agréablement) surpris...

 

 

 

BRISE MARINE DE L'ATLANTIQUE

 

Oui, nous aimons le Muscadet ! Dans l'océan de "vins verts" que produit cette appellation sinistrée par les pratiques d'un négoge pour lequel le toujours moins cher payé au viticulteur est toujours plus rentable, de vaillants vignerons s'opposent à la médiocrité. Le "grand ancien", précurseur dans la reconnaissance des terroirs, c'est bien sûr Jo Landron. Son Amphibolite est le type-même du Muscadet fringant, à boire jeune à grandes lampées, sur les coquillages.
Le Clos de la Carizière peut accompagner une cuisine exotique, Les Houx, plus rond, est l'ami des beaux crustacés et des poissons.

Jérôme Bretaudeau du domaine de Bellevue est un des vignerons les plus innovants de l'appellation : s'il magnifie le Melon de Bourgogne (cépage unique du Muscadet), il n'en explore pas moins la faculté de cépages non autochtones, à produire de grands vins en Muscadet (
Son Muscadet Granit 2015 est un blanc riche, un tantinet solaire mais bien équilibré. Gaïa est un grand blanc complexe, totalement à contre-courant des idées préconçues sur ce cépage malmené : à servir sur les poissons nobles et les volailles en sance avec morilles ou truffes.

 

 

 

 

 

 

 

APOCALYPSE NOW !

 

 15 minutes ont suffit à ruiner les espoirs et tout le travail investis dans le millésime 2016 par nombre de vignerons des communes de Lauret, Claret, Valflaunès, Guzargues...

Un orage de grêle d'une rare violence a haché menu feuilles et grappes, à tel point que les vignerons concernés se demandent comment la vigne va pouvoir constituer ses réserves pour l'hiver, permettre une taille hivernale, et repartir au printemps 2017. Une catastrophe qui fragilise des exploitations en plein développement. Les risques du métier, certes, mais, à trois semaines des vendanges, c'est un bien cruel constat : il n'y aura pas de millésime 2016 pour un certain nombre de domaines.

 

 

 

 

 

 

Tournée des "popottes" qui sont parfois aussi des potes

 

Attention, cette rubrique ne revendique pas 110 % d'objectivité

et n'est pas exempte d'un zeste de copinage !

 

Mais, comme il nous arrive d'aimer bien manger, chez de vrais professionnels, qui accordent un peu d'attention à leur carte des vins, nous revendiquons le droit de nous exprimer.


Le Pic St Loup : cette institution Matelloise change de main. Fafa et Chant., ce sont des copines, on ne va pas le cacher, mais la sincérité, la créativité et l'engagement dans l'approvisionnement local qui les ont animées toutes ces années n'ont pas eu besoin de notre bénédiction pour constituer leur armada de fidèles. Difficile de leur succéder ? Nous sommes confiants : la valeur n'attend pas....

L'équipe de "djeun's" qui reprend le Pic, n'est pas composée de perdreaux de l'année : Sophie, nous la connaissons et nombre d'entre vous aussi si vous avez fréquenté notre boutique/restaurant de Port Marianne où elle a travaillé jusqu'au mois d'avril dernier. Auparavant, elle officiait en Nouvelle-Zélande et à Gruissan. Julien, son associé vient aussi du milieu de la restauration. Nous sommes impatients de retourner sous les micocouliers.

 

Leclere, cuisine d'arrivage : bon, s'il y a 2 mois d'attente pour manger chez Guillaume, ça n'est peut-être pas un hasard. Ca n'est plus une découverte, en quelques mois, c'est devenu "the place for eating" à Montpellier.

 

Le Coin Perdu à St Martin de Londres vient d'être repris par un chef ex-étoilé du guide rouge; nous n'avons pas encore testé mais entendons beaucoup de bons retours. La nouvelle enseigne se nomme L'Accent du Soleil.

 

La Réserve Rimbaud : évidemment pas une nouvelle table, mais une nouvelle sommelière, Céline Dalbin, ex Tour d'Argent. Une jeune femme dynamique, curieuse et très professionnelle, que Charles Fontès peut se féliciter d'avoir recrutée.

 

Domaine de Verchant :  là aussi, c'est par le biais de la sommellerie que nous évoquerons ce restaurant. Cyrille Bajollet a rejoint l'équipe voici trois mois pour une reprise en main totale de la carte des vins (et quelle carte !). C'est un professionnel aguerri et rigoureux, passionné par nos vins du Languedoc et très précis dans ses choix.

 

 

 

Divo' Beach et Divo' Night

 

 

S'agira-t-il des deux cocktails "tendance" de l'été ? Allez, nous sommes bons princes et nous vous communiquons les recettes des boissons "Terroir touch"concoctées par l'union interprofessionnelle des vins de Cahors :

Pour Divo Beach, pilez des feuilles de citronnelle et basilic dans un shaker, ajoutez un trait de gin, du vin de CAHORS PARTICULIEREMENT FRUITE (sic), complétez avec du sirop de fraise et servez dans un grand verre empli de glace.

 

Pour Divo' Night, qui est un "after dinner" (autrement dit un digestif in french), on mixe dans un shaker du VIN DE CAHORS (n'importe-lequel ?) avec du JUS DE MALBEC (en l'occurence le cépage principal de Cahors), de la liqueur de café et du Grand Marnier.

 

La cible "marketinge" est la tranche 30/50 ans, avant, on ne comprend rien aux boissons nobles, après on est trop sclérosé intellectuellement pour envisager une telle utilisation du jus fermenté de la treille.

 

Nous, ringards patentés, ça nous donnerait plutôt envie d'aller faire un tour sur le causse cadurcien, à la rencontre de la jeune garde montante des vignerons qui nous feraient goûter leur Malbec à la cuve, dans son plus "simple" appareil.

 

D'ailleurs, celà fait trop longtemps que nous n'avons pas de Cahors dans notre gamme !!!

 

 

SOIREE WHISKY VENDREDI 27 MAI

 

à 19 h précises

 

Ca n'est pas un match France/Ecosse mais l'honneur national sera tout de même "défendu":

 

-   Domaine des Hautes Glaces Moissons single malt en Isère


-   Strathmill 2002 embouteillé par Gordon and Macphail


-   The Glendronach 2003 cask 1822 Pedro Ximenez

 

-   The Arran malt Amarone cask finish

 

-   Kilchoman Loch Gorm sherry cask

 

-   Flaming heart Limited edition embouteillé par Compass box

 

 

DEGUSTATION SAMEDI 28 MAI

 

de 11 h à 19h

 

Encore la Grange des Pères ?

 

Ben, oui, une récolte par an, ça fait une dégustation par an !

 

Et là, c'est le millésime 2013...

 

Avec les guest-stars qui ne sauraient être des faire-valoir :

 

La Réserve d'O à Arboras : Réserve blanc 2015 et rouge 2014, Bilbo 2015, Hissez-O 2014

 

Le domaine Mirabel à Brouzet les Quissac : blanc Loriot et rosé 2015, Bancels et Eclats 2014

 

Le Clos Rouge à St Jean de la Blaquière : rosé Nino, rouge Piccolo Cinsault

 

 

 

 

 

 

 

PRINTEMPS NOIR DANS LES VIGNES

 

La liste est longue des appellations durement touchées par les gelées de fin avril. En Touraine, Montlouis, Vouvray, Bourgueil, St Nicolas de Bourgueil et Chinon. En bourgogne, l'Yonne (Chablis), la Côte de Nuits, la Côte de Beaune et la Côte Chalonnaise

 

Mi-avril, c'est un tiers du vignoble de Cahors qui était très sévèrement touché par la grêle.

Juste au moment du débourrement de la vigne, les dégâts sont considérables et compromettent une partie de la récolte 2016. Voilà qui n'augure rien de bon pour la disponibilité et les tarifs du millésime.

 

 

 

DEGUSTATION SAMEDI 30 AVRIL


de 11 H à 19 H

 

 

2 "GRANDS CLASSIQUES" et 1 VIN LIBRE

 

ALAIN CHABANON : Campredon, Esprit de Fontcaude, Saut de Côte, Trélans...


DOMAINE DE MONTCALMES : Terrasses du Larzac 2013, Grenache 2013,

Languedoc Blanc 2013 (limité) et Chardonnay 2013 (limité)

 

 

ET DE DELICIEUSES BULLES ROSEES DU DOMAINE RENARDAT-FACHE

AOP BUGEY-CERDON

 

Offre Primeurs 2014

 

Elle a beaucoup tardé mais elle existe !


Vous pouvez acquérir jusqu'au 30 avril 2016 pour livraison en décembre 2016, les


classiques Métairies du Clos et Clos Marie "Simon" ainsi que le superbe Margaux du


Clos du Jaugueyron.

 

Clos Marie "Simon" et Métairies du Clos 75 cl     17.50 €

 

Clos Marie "Simon" et Métairies du Clos 150 cl    36.50 €

 

Clos du Jaugueyron Margaux 75 cl     35.50 €


Jean François Ganevat

 

 

Avec les blancs 2013 et les rouges 2014 qui viennent d'arriver, Fanfan n'a toujours pas fait le plein des cuves (moins de 15hl/ha de rendement moyen sur le domaine). Les blancs se classent toujours parmi les grands, et, nonobstant une inflation certaine dûe au travail de titan mené par Jean François, restent d'un rapport/prix plaisir rare !

 

 

INESPERE !

 

 

Laurent Vaillé vient de nous proposer une petite allocation de Grange des Pères rouge 2004, millésime "bourguignon" aujourd'hui à point. Vente uniquement à l'unité...

 

 

 

 

 

SAMEDI 12.12 de 11h à 19h


Syrah, ma diva

Chenin mon copain

Grenache, tu m'attaches

 

Laurent Combier Crozes Hermitage


Mélaric Saumur Puy Notre Dame rouge et Saumur blanc


Château Richard Saussignac blanc liquoreux


Ermitage du Pic St Loup Ste Agnès blanc et rouge, Guilhem Gaucelm

 

 

SAMEDI 21.11 de 11h à 19h

 

 

 

Un "p'tit nouveau" champenois chez V. : Rémi Leroy fera déguster ses excellentes cuvées de la Côte des Bars, dominées par le cépage Pinot Noir.

 

 

 

Marc Moignoux est un fin connaisseurs des vins européens en général et italiens en particulier : il nous proposera à la dégustation rien

moins qu'un Prosecco, un blanc sec du Frioul, et quatre rouges, Barbera d'Alba, Roero, Langhe et Barolo.

 

 

 

 

JETEZ UN REGARD...aux nouveautés

 

 

 

Hé oui, novembre reste traditionnellement le mois des arrivages de nouveaux millésimes (particulièrement pour la Bourgogne) et des nouvelles références. N'hésitez pas à les suivre au jour le jour et réservez d'ores et déjà les dates des 21.11, 5.12 et 12.12 pour trois belles rencontres vigneronnes (à suivre).

 

 

 

Musiques Anciennes en Pic St Loup


Du 9 au 18 octobre 2015, de magnifiques concerts dans les églises et domaines viticoles. Sous la présidence d'honneur de Jordi Savall et mise en place par Philippe Leclant, créateur du festival de Maguelone, cette série de concerts propose des interprètes exceptionnels.

 

Tout sur musiqueancienneenpicsaintloup.com

 

 

V. Restaurant : c'est la reprise !

 

D'aucuns (nostalgiques ?) recherchent encore le téléphone et l'adresse du Restaurant de l'Art ou du Cochon à Port Marianne : si certaines sources indiquent "restaurant fermé", n'en croyez rien : depuis janvier 2015, l'enseigne s'est transformée en "V. Restaurant", même lieu (55 Avenue Marie de Montpellier), même téléphone (04 67 69 96 47) et mêmes gérants.

Ce qui a changé ? Le chef, la cuisine, la dynamique de la carte... Un petit tour par ici: V. Restaurant histoire d'asticoter vos papilles.

 

La disparition du cochon de notre enseigne signifie-t-il le banissement de notre table du noble et précieux animal, délectable du groin jusqu'à la queue ? Que nenni ! Il fait même un retour en force dès le 08.09 (voir menu ci-dessous).


Menu de septembre (à compter du 08.09)

 

 

(Menu à 32.00 € hors suppléments)


Papeton d'aubergines, coulis de tomate au basilic

Sardines marinées au saké, taboulé au quinoa bio

Eau de concombre, légumes croquants

 

Bourride de rascasse, jus de crustacés au Maury, pommes à l'anglaise, croûton, aïoli

Cochon noir de Bigorre, jus court, risotto d'épeautre bio aux cèpes des Cévennes, purée de patisson

Cuisse de lapin confite, émulsion au citron et au thym, ragoût de coco de Paimpol et chou romanesco

 

Tartelette caramel au beurre salé et chocolat guanaja, espuma mascarpone et piment d'espelette

Figues rôties au Banyuls, glace à la vanille et cannelle

 

 

 

 

Premier Arrivage...

 

...de 4 cuvées 2014 du domaine de l'Anglore :


Rosés Chemin de la Brune et Tavel, rouges Terre d'Ombre et Nulle Part Ailleurs

 

La suite fin Août

 

 

 

Vins "nature", souris, bécasse et cacahuète

 

 

 

 

Tenter une définition du vin "nature" ou "naturel" est une gageure : le vin n'existe pas à l'état naturel puisqu'il est le produit d'une fermentation microbiologique de sucres contenus dans le raisin, et de très nombreuses réactions biochimiques qui interviennent tout au long de sa vinification, de son élevage et encore lors de son (plus ou moins long) séjour en bouteille.


Au risque d'être taxés de simplisme nous livrerons notre propre interprétation du phénomène "nature", de plus en plus développé chez les vignerons et cavistes soucieux de proposer les vins les plus "sains" possibles.


Peuvent-être considérés comme "nature"(els), les vins vinifiés sans intrants issu de la chimie de synthèse ou de la biologie industrielle. En résumé et à gros traits, des jus, moûts et vins non levurés (levures sèches actives déshydratées), non sulfités (adjonction d'anhydride sulfureux), non acidifiés, non désacidifiés, non chaptalisés (sucrés) ou enrichis en moût concentré, non tannisés (tannins oenologiques), non boisés avec des copeaux, non chauffés (thermovinification)...et plus généralement non additivés de tout ou partie de l'interminable liste des adjuvants autorisés dans les vins "lambda" (soit l'immense majorité des vins mis en marché dans le monde).


En toute logique vigneronne, ces vins sont issus de raisins cultivés selon les principes de la culture biologique ou biodynamique.

Donc, des vins sains, "comme autrefois", qu'on peut boire à l'envi, sans risque de s'empoisonner à petit feu !  Oui, mais...


Elaborer un vin sans intrants (et en particulier sans sulfites) est une aventure à haut risque qui nécessite un raisin parfaitement sain, une rigueur et une surveillance de tous les instants. La destination naturelle du vin laissé à l'abandon est le vinaigre, le breuvage gazeux, trouble, putride, oxydé, éventé...rayez la mention inutile ou conservez-les toutes, oui, il existe des vins qui cumulent tous ces défauts !

En quelques années, les vins "nature" se sont bien améliorés, et les ayatollahs du total sans-soufre ajouté en ont un peu rabattu, acceptant parfois d'utiliser quelques gouttes de "liquide du diable" si nécessaire : parce que nombre de méchants micro-organismes peuvent s'attaquer au vin et qu'il est suicidaire de le laisser à l'abandon !

 

Pour vous donner un aperçu non exhaustif de ce que nous rencontrons dans certains vins nature, au delà de "l'ancestrale" piqûre acétique, citons les deux principales déviances répertoriées

- l'action des levures déviantes de la famille des brettanomyces (dites "brett") qui génèrent des arômes proche de ceux du cheval crevé depuis 3 jours, jusqu'à la bécasse faisandée depuis un mois, en passant, pour les moindres contaminations par l'encre de chine. Et avec, en prime, une bouche décharnée et sèche...

 

- l'attaque par des bactéries oenoccocus et lactobacilus qui, associées ou non aux susdites "brett" occasionnent le développement du "goût de souris", cage à souris, urine de souris (à la vôtre). Sont évoqués aussi le goût de cacahuète plus ou moins intense, le pop corn, la peau de saucisson (bon appétit), tous arômes pas forcément désagréables (c'est affaire d'intensité) mais peu recherchés dans le vin et en fort développement depuis la forte réduction des doses de sulfites.

 

Doit-on en conclure qu'il est impossible de réaliser des vins impeccables sans sulfites ajoutés ? Non, les bons vins totalement "nature" existent, mais ils sont la somme d'un énorme travail de fond à la vigne, d'un équilibre entre sol et végétal, d'une hygiène rigoureuse à la cave pour préserver le potentiel de raisins sains et mûrs...Ces vins peuvent connaître des phases "ingrates" (c'est vrai aussi pour les vins conventionnels), comporter un peu de gaz, une légère et passagère souris, un peu d'acidité volatile. Ils nécessitent de bonnes conditions de conservation (15° maxi) et se révèlent généralement après un bon carafage.

En clair, ils nécessitent de votre part ouverture de l'esprit et des papilles.

 

 

 

 

Alors, qu'en conclure ? Rien de péremptoire, ni de définitif : les vignerons soigneux qui travaillent sans intrants apprennent un peu plus chaque jour. Ils ne sont pas sectaires, et utiliseront une dose minime de sulfites si nécessaire, plutôt que de laisser partir leur cuve en "sucette". Ils sauront prendre des risques et les assumer, et ne tenteront pas de nous faire prendre la vessie des vins ratés à défauts, pour la lanterne des vins sains-naturels-de terroir-typiques-à l'ancienne...



 


 

 

 

 

 

 

 

 

Rhum, rum, ron...

 

Vendredi 19 juin à 19 h précises à St Gély


"l'inusable" Frédéric Grange présente 6 rhums, agricoles ou traditionnels


Père Labat 3 ans Marie Galante


English Harbour 5 ans Antigua


Rum Nation Jamaïca 8 ans


Bielle 2009 Marie Galante


Savanna 8 ans Traditionnel Intense Réunion


Rum Nation Panama 18 ans

 

 

 

UNE GRANGE, UN LOUP, DU MONTCALMES

 

Samedi 30 mai de 11h à 19h à St Gély

 

 

Hildegard Horat "La Grange de 4'Sous" à Assignan


Carine Farre et Nicolas Gaignon "Le Loup Blanc" à Bize-Minervois


Frédéric Pourtalié "Domaine de Montcalmès" à Puéchabon

 

 

 

 

 

 

LES TEMPS CHANGENT...


L'information n'est pas passée inaperçue (le Monde 27.04) : en 2014, la Chine a atteint le deuxième rang mondial pour la superficie en vignes (environ 800000 hectares). Ce qui la classe derrière l'Espagne (1.021 million) et devant la France (792000) et l'Italie (690000).

Certes, une partie des raisins ne sont pas vinifiés mais consommés en raisins de table ou secs, mais le développement d'immenses plantations de variétés de cuve "internationales" du type Cabernet, Merlot, Syrah...laissent augurer une forte montée en puissance de l'empire du milieu sur la planète viti-vinicole. Ce qu'on ne sait guère, c'est que, dans l'immédiat, la forte croissance de la consommation de vin en Chine profite surtout...au vin chinois : plus de 80% de la production serait auto-consommée (ce sont des évaluations et non des chiffres officiels).

Alors, la vieille europe n'est pas (encore) inondée de vins chinois, mais, si nos vins venaient à manquer (arrachage, prohibition, mesures en tous genres), il nous faudrait appeler à la rescousse nos amis asiatiques.


 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

2012, c'est la classe !

 


En dégustation samedi 28 mars de 11h à 19h à St Gély :


Grange des Pères 2012


Mas des Brousses 2012

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Le restaurant de V.

 

D'un restaurant à l'autre :


"de l'art ou du cochon" a vécu sept années, "Le restaurant de V." lui succède depuis le 20 janvier 2015.

Même lieu (l'arche Jacques Coeur à Port Marianne), même gamme de vins à prix doux (un simple droit de service en plus du prix magasin), mais un nouveau chef, Julien Dubroc, qui arrive avec "une décennie Bocuse" dans son sac !

Chaque midi et chaque soir, du mardi au samedi , un menu à 31 euros, renouvelé tous les mois. Le midi une formule à 25 euros (entrée/plat ou plat/dessert et café) avec au choix, 3 entrées, 3 plats et 3 desserts.

Julien est indéniablement un élève de la rigueur, de la précision et de l'exigence. Il ne nous appartient pas de le noter, nous ne pouvons que vous encourager à tenter l'expérience : si vous connaissez mieux à Montpellier pour le même budget, nous ne remboursons pas la différence, nous nous précipitons à l'adresse indiquée !!!

 

 

Au menu en mars

 

 

Oeuf fermier bio coulant aux truffes d'ici et son velouté de Butternut

ou

Maquereau mariné, pack choï et crème de cresson à l'huile de truffe et de cacahuète grillée

ou

Foie gras de canard mi-cuit, pain d'épices maison et chutney de figues

(supplément 3 €)


*


Pavé de Skreï de Norvège, fèves cuisinées en cassoulet à la livèche, jambon de truie de montagne de Valcarlos et son émulsion

ou

Gigot d'agneau fermier Lou Paillol, jus au thym, gratin dauphinois et cébette Thaï

ou

Volaille de Bresse, suprême rôti et cuisse confite, jus court infusé à l'estragon, carmine braisée et crème de panais (supplément 3 euros)


*

Assiette de fromages affinés de la maison Bou

ou

Tarte Tatin aux coings servie tiède, glace à la ricotta et au lait fermier

ou

Fondant au chocolat Guanaja Valrhona, coeur coulant ivoire infusé aux baies de genièvre, crème anglaise à la pistache

 

 

 

 


 

Le restaurant de V.

Arche Jacques Coeur

Port Marianne

55 Avenue Marie de Montpellier

34000 Montpellier

04 67 69 96 47

Ouvert le midi et le soir du mardi au samedi

 

 

 

 

OFFRE PRIMEUR

 

Que souhaiter d'autre, pour 2015, que l'apaisement des tensions multiples qui traversent nos sociétés ? Si le vin et la bonne chère peuvent, même à la frange infinitésimale, y contribuer, celà génère déjà une occasion de se réjouir.


Plus tardive et un peu plus restreinte, l'offre PRIMEUR 2013 existe pourtant bel et bien : grand millésime en Languedoc, 2013 est beaucoup plus controversé dans les autres régions. Nous avons pourtant très bien goûté le Clos du Jaugueyron Haut Médoc 2013. Stéphanie et Michel s'inscrivent définitivement dans une rigueur et une exigence exemplaire, y compris pour d'illustres voisins bien mieux classés sur le papier et qui ne réalisent pas le quart de leurs efforts. Hélas, les faibles rendements des deux derniers millésimes grèvent leur rentabilité et le millésime 2013 sera le DERNIER proposé en PRIMEUR.

 

CLOS MARIE SIMON et METAIRIES du CLOS : 17.50 €/bouteille 75 cl  et 37.00 €/magnum 150 cl

 

CLOS du JAUGUEYRON HAUT MEDOC : 13.00 €/bouteille 75 cl

 

L'offre s'entend toujours TTC et les vins seront disponible en fin d'année 2015.

 

 

 

 

 

 

Le foie gras est arrivé

 

Un nouveau fournisseur pour notre foie gras en conserve ou sous-vide (DLC de 3 semaines pour ce dernier) : élaboré en Aveyron (!) par Julien Dubroc, ancien du restaurant Bocuse.

 

180 g conserve : 21 €

300 g conserve : 35 €

 

250 g sous vide : 29.50 €

500 g sous vide : 59.00 €

 

Girls, girls, girls (and good boys)

 

Les journées vigneronnes sont "calées" pour cette fin d'année et il s'agit, parité oblige, d'accueillir AUSSI des vigneronnes. Ne comptez pas sur nous pour secouer l'éternel marronnier "vins de femmes, vins différents". Les vins vinifiés par des vigneronnes ont-ils une expression propre, plus subtile, plus délicate, moins "musclée"...? Le débat nous semble vain : le vin, s'il est honnêtement conduit depuis la vigne, a toujours la gueule du lieu, du climat et de celle ou celui qui le fait.

 

SAMEDI 15 Novembre de 11 à 19 h

  • Blandine Jéquier présentera  quelques cuvées "énergiques" du Mas Foulaquier dont le superbe et rare blanc "Chouette Blanche" 2013

 

  • Catherine Bernard fera déguster son Vin de Pays rouge 2013 , tout de droiture, sans concession aux modes et à la technologie, et dédicacera le livre plein de tendresse et d'humour, qu'elle a consacré à son aventure vigneronne.


  • Gavin Crisfield, le plus languedocien des irlandais, musicien amateur éclairé, virtuose des assemblages délicats et des vinifications douces, revient nous chanter les vertus de sa Traversée 2012, et libère les dernières caisses de son très beau Cinsault 2013.

 

 

  • Christophe Peyrus racontera sa nouvelle aventure et fera déguster son premier millésime issu des vignes qu'il a repris à Cazevieille : domaine Christophe Peyrus rouge 2012.

 

 

 

 

 

SAMEDI 06 Décembre de 11 h à 19 h

 

 

  •  La Vigne Mouton : Delphine et Sébastien Boisseau sont de jeunes vignerons installés à Bray à l'extrême ouest du Mâconnais. Tous jeunes (premier millésime en 2012) mais déjà à un niveau de qualité impressionnant. D'excellents Chardonnay à prix doux ? Oui, la Bourgogne peut encore en proposer.

  • Jacquesson Dégorgement Tardif N°733 : dégustation et remise de 12% sur l'achat d'une caisse de 6 bouteilles. Soit 63.00 € la bouteille au lieu de 72.00 € et 35.00 € la bouteille au lieu de 39.50 € pour la cuvée N°737.

 

  • Thierry Hasard présente le nouveau millésime de La Marfée.

 

  • Laurent Gaspard de la Distillerie du Petit Grain revient avec ses derniers élixirs de la récolte 2014, dont un Gin explosif.

 

 

SAMEDI 13 Décembre de 11 h à 19h

 

  • Didier Barral accepte de quitter son hâvre écologique pour parler de ses 2011, Valinière y compris...

 

  • Jacqueline André proposera ses Chateauneuf rouges 2010 et 2011 et blanc 2012, toujours aussi aériens.

 

  • Loreline Laborde, montpelliéraine expatriée dans le Jura fera déguster ses superbes Savagnin et Poulsard "hecho a mano" en sa Grange Paquenesses : croyez en la pythie de St Gély, cette fille là, elle en a (du potentiel) et on a pas fini d'en causer !

 

  • Si vous aimez les beaux liquoreux, bien équilibrés et bien élevés, oubliez Sauternes et venez discuter avec Nicolas Lebrun de l'Enclos des Braves à Gaillac. Goûtez, regardez les prix...Souriez !

 

 

 

Risque Zéro !

 

 

A défaut de nous vendre du rêve, la marque NIGHT ORIENT, basée à Nîmes, propose des boissons totalement sans alcool et presque sans calories à base de raisin. Ca a l'apparence du vin blanc (à base de Chardonnay) ou rouge (à base de Merlot) ou rosé ou effervescent (le site internet de la maison ne dit pas à base de quels cépages...) mais l'histoire ne dit rien du processus de fabrication. S'agit-il de raisin fermenté puis désalcoolisé (c'est peu probable car il est très difficile, voir impossible de soustraire 100 % de l'alcool issu de la fermentation alcoolique), s'agit-il de jus de raisin additionné de...de quoi d'ailleurs ? Vous dire que nous avons hâte de goûter serait mentir, mais pour notre culture (euh !), s'il faut se sacrifier, nous irons courageusement au combat.


Mais si l'une ou l'un d'entre vous est plus prompt à réaliser l'expérience, voici un menu-type pour associer ces nectars potentiels aux mets qu'ils appellent :


- à l'apéritif : jambon reconstitué totalement dégraissé, foie gras végétal aux truffes chinoises


- en entrée : surimi, algues, vinaigrette désacidifiée, édulcorée et allégée en matière grasse


- en premier plat : "St Jacques" végétariennes (farine de riz, arôme de poisson végétal, lait de soja)


- en second plat : filet panés de Quorn (marque déposée), substitut de viande principalement à base

de mycoproteïnes, garniture tomates en poudre


- en dessert : cake au Carambar, fraises Haribo et Smarties (marques déposées)

 


 

Bon appétit

 

 

 

Tous aux Terrasses (du Larzac)

 

Dix ans seulement ! Il aura suffit d'un décennie pour que la reconnaissance de ce terroir en "cru" soit effective. L'INAO a validé le dossier A.O.C. Terrasses du Larzac ce 26 Juin. Exit la mention coteaux du Languedoc "Terrasses du Larzac" sur les étiquettes et bienvenue à "Terrasses du Larzac" tout court. Subtilités fumeuses vous direz-vous peut-être ? C'est avant tout la reconnaissance officielle du remarquable travail réalisé par les vignerons sur ce territoire, au demeurant vaste et aux sols et climat variés. A compter du millésime 2014, 60 caves particulières et 5 coopératives pourront revendiquer ce cru. Saluons les pionniers et chevilles ouvrières de ce succès : Jean Pierre du Mas de la Séranne, Vincent du Mas Cal Demoura, Olivier du Mas Jullien qui a rejoint la famille alors qu'il n'en a aucunement "besoin", Frédéric de Montcalmès, Géraldine et Xavier des Brousses, les "p'tits gars du nord", Delphine et Julien du Pas de l'Escalette, Gavin de la Traversée, Jean Baptiste des Vignes Oubliées, Marie et Frédéric de la Réserve d'O...et les autres, et les nouveaux installés qui renforcent le dynamisme de cette brillante appellation.

 

 

 

2013 "THE" Millésime en Languedoc


L'année climatique 2013 n'a pas été clémente pour les vignobles de France : printemps et été pluvieux, grêle, basses températures pendant la floraison, état sanitaire douteux, maturités difficiles à obtenir...Longue est la liste des difficultés auxquelles ont été confrontés les vignerons. Alors, comme souvent, il faudra trier le tout venant de ceux qui, justement ont travaillé dur et trié beaucoup !

Mais ces considérations ne s'appliquent pas au Languedoc qui tient son plus grand millésime depuis (selon la source) 2007,2001, 1998. Nous n'entrerons pas dans la polémique pour définir à quel millésime attribuer la note suprême, le temps nous aidera à trancher. Toujours est-il que, d'un point de vue analytique, et à l'aune de nos premières dégustations, 2013 s'annonce réellement superbe ! Année tardive (normale diraient les anciens), plutôt fraîche et arrosée au printemps, sans canicule, et surtout riche d'un exceptionnel mois de septembre qui a permis d'atteindre de très belles maturités dans un état sanitaire remarquable. Seul le Grenache Noir n'est pas au rendez-vous, frappé par une forte coulure dûe aux pluies et au froid pendant sa floraison. Millésime assez peu abondant, 2013 en Languedoc, marquera sans nul doute une nouvelle étape dans la reconnaissance internationale de nos grands vins.

 

 

 

SAMEDI 26.04 de 11h à 19 h

 

 

 

MONTCALMES millésime 2011 :

  • rouge Terrases du Larzac (l'historique)
  • rouge "Le Geai"
  • rouge "Grenache"
  • et (un peu de) blanc

 

MAS d'AGALIS : Lionel Maurel à Nébian, jeune vigneron à suivre de près...

  • rouge "Yo no puedo Mas" 2012
  • rouge "Navis" 2011

 

LE SOULA : de grands vins du Fenouillèdes présentés par leur vinificateur Gérald Standley.

  • Trigone blanc 2012
  • Le Soula blanc 2010
  • Le Soula rouge 2010
  • La macération du Soula blanc L 10

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

SAMEDI 29.03 de 11h à 19h

 

 

 

 

Dégustation et retrait des réservations GRANGE des PERES 2011

 

accompagnée des somptueux cidres et poirés d'un équilibriste suisse :

 

Jacques Perritaz de la Cidrerie Le VULCAIN à côté de Fribourg.

 

Avec de surcroît, le chaleureux Frédéric Alary du domaine de l'ORATOIRE St MARTIN à Cairanne.

 

 

 

 

 

 

L'offre PRIMEURS millésime 2012 ...

 

 

...est prolongée jusqu'au 15.02.2014


CLOS MARIE SIMON 2012 75 cl à 17.00 € TTC

METAIRIES DU CLOS MARIE 2012 75 cl à 17.00 € TTC

CLOS MARIE SIMON 2012 150 cl à 35.00 € TTC

METAIRIES DU CLOS MARIE 2012 150 cl à 35.00 € TTC

 

HAUT MEDOC CLOS DU JAUGUEYRON 2012 75 cl à 12.90 € TTC

MARGAUX CLOS DU JAUGUEYRON 2012 75 cl à 35.50 € TTC

 

COTES DE CASTILLON CHATEAU VEYRY 2012 75 cl à 15.60 € TTC

 

Paiement à la commande, vins disponibles au 4ème trimestre 2014

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Les Vignerons nous rendent visite en Novembre et Décembre 2013

 

Dégustation le samedi de 11 h à 19 h

 

 

Samedi 16/11 : valeurs locales, valeurs sûres 


Clos Marie (dont les 2012 "bruts de cuve" qui seront proposés "en primeur"), Mas de la Séranne, Pas de l'Escalette


 

Samedi 07/12 : on dirait le sud


Le sud de la Bourgogne avec les Mâcons de Céline et Laurent Tripoz, le sud Rhôdanien avec les Ventoux et Beaumes de Venise de Martinelle, les Gigondas et Vacqueyras de la Bouïssière. Et le "sud Corbières" avec Maxime Magnon.


 

Samedi 14/12 : Chardonnay, Pinot, Grenache...


Pierrette et Marc Guillemot-Michel présenteront leur Quintaine 2012, Benoît Lahaye ses grands champagnes peu ou pas dosés de Bouzy (sur une dominanate de Pinot Noir) et Laurent Charvin son millésime 2011 en Côtes du Rhône et Châteauneuf du Pape.

 

 

 

 

 

 

Une soirée à la Coquerie

 

 

 

 

 

Sacrée cambuse, que cette coquerie dans laquelle officie Anne Majourel : plus beau et plus confortable que le réduit des cuisiniers de marine, mais tout aussi indissociable de la grande bleue. Anne, à la fois capitaine, coq (cook),compositeur,artisan,gouverne avec assurance sur une mer sensuelle où priment équilibre des saveurs, harmonie visuelle, herbes aromatiques, et produits de la mer, bien-sûr. Adossé au cimetière marin, cet écrin est un hâvre de plaisir et de bon goût.

Hier soir, la lune rousse "tombait" dans l'encre bleue du golfe du Lion : ordre et beauté, luxe,calme et volupté. Le menu "Yeux fermés" nous fit appareiller vers les quarantièmes émerveillants. Jean Luc, officier en second et guide en sommellerie ponctuait de Jacquesson N°736 et de Gramenon "Vie on y est" 2012, cette fugue majeure. Merci à eux.

 

 

 

La Coquerie

Chemin du Cimetière Marin

34200 Sète

06 47 06 71 38

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

LA DERNIERE AVANT L'ETE !



Ce samedi 25 Mai le "bras de fer" Pic St Loup/Terrasses du Larzac de 11 h à 19 h

 

 

Mirabel : rouges 2011 "Eclats", "Chant du Sorbier", "Bancels", le rare blanc "Loriot" 2012 et l'introuvable rosé "Dessert du Loup" 2012

 

La Réserve d'O : rouges "Sansoo" 2012, "Réserve 2009", blanc 2012

 

Les Vignes Oubliées : rouge 2011

 

 

 

 

 

SORTIES DE CAVE


 

Le grand millésime 2010 fait (enfin) son apparition pour Montcalmès et La Grange des Pères : coup d'envoi par les dégustations du 6 Avril et du 4 Mai. Puis un "panaché" de 2010, 2011 et 2012 le 25 Mai avec trois beaux domaines en passe de rejoindre leurs aînés.

 

6 AVRIL de 11H à 19H : un samedi en terrasses (du Larzac)


MONTCALMES ROUGE (et un peu blanc) 2010


MAS CAL DEMOURA Blanc Etincelle, Rosé Ques Aco, Rouges Infidèle 2010 et 2011

 

 

 

4 MAI de 11 H à 19 H : star et guest star

 

GRANGE DES PERES Rouge 2010


CLOS LALFERT

 

25 MAI de 11 H à 19H : Pic du Nord et Terrasses d'altitude

 

DOMAINE MIRABEL Blanc 2012, Rosé 2012, Rouges Bancels, Chant du Sorbier, Eclats 2011

 

LES VIGNES OUBLIEES Rouge 2011

 

LA RESERVE D'O Rouges Sansoo 2012, Bilbo 2010, Réserve 2009

 

 

En avant la Zizique !


 

Bientôt des haut-parleurs dans les vignes ? Des expérimentations sont menées pour connaître la réponse des plantes en général et de la vigne en particulier aux ondes émises par la musique. Ainsi, entre autres expériences de part le monde, une société française du nom de Genodics a réalisé plus de 150 essais entre 2003 et 2012 sur l'esca, maladie des bois de vigne qui provoque un dépérissement et une mort inexorable du cep. (le seul traitement pour ralentir cette maladie, aujourd'hui heureusement interdit, était jusqu'au début des années 2000, l'arsénite de soude !).

Si nous comprenons bien, le procédé "génodique" consisterait à diffuser des "protéodies" (le site de Genodics est peu loquace sur le type "d'ondes musicales"qu'il nomme protéodies) pour instaurer un "dialogue" avec les proteïnes, tant celles de la vigne que celles de son envahisseur. Et les résultats montreraient une baisse de l'impact de la maladie de 60 à 70 % sur les parcelles "musicalisées" (que faut-il entendre par "baisse de l'impact" ?).

Des essais sur mildiou seraient probants, de bons résultats seraient observés sur la résistance à la sécheresse, sur la gestion des fermentations...

 

C'est une fascinante mise en perspective de notre relation au vivant, à condition qu'il ne s'agisse pas de charlatanisme. Affaire à suivre en tous cas...

 

 

 

 

SALONS-MARATHONS


 

Ce sont un peu nos "festivals de Canne", l'occasion de goûter en un même lieu des centaines de vins de France, de Navarre et parfois de bien plus loin.

Après "Millésime bio" à Montpellier, nous enchaînons avec le salon "Renaissance des Appellations" à Angers et "La Dive Bouteille" à Saumur. En mars, "Les Grands Jours de Bourgogne" et "Découvertes en Vallée du Rhône". Ce qui représente somme-toute, un début d'année chargée...

Chargée de quoi seriez-vous tentés de rétorquer ? Quand est-ce qu'ils travaillent ceux-là ? Mais, C'EST du travail !!! Même que nous sommes obligés de recracher AUSSI les bons vins pour pouvoir prétendre garder un jugement fiable.

 

Ces salons ne remplacent en rien la visite au domaine, au contact du vigneron dans son environnement naturel (cave et vignes). Mais ils permettent de gagner du temps en écartant les "simili-miracles" et "fausses bonnes affaires" pour trouver l'essentiel : les meilleures bouteilles possibles dans tous les créneaux de budget ainsi que le jeune vigneron inconnu qui élaborera les grands vins de demain.

 

 

 

 

 

2013 : année  du triple A ?


A comme Appétit : de découvertes, de saveurs, d'échanges, de rencontres, d'insolite...Parce l'ennui naît de l'uniformité du goût, il ne faut jamais hésiter à "goûter différent".

 

 

A comme Amitié : parce qu'une bouteille, d'un "grand" comme d'un "petit" vin, apporte d'autant plus de plaisir qu'on la partage avec des amis et des proches pour qui le goût compte.

 

 

A comme Altérité : parce que le respect du droit à la différence prime sur toutes les chapelles identitaires. Nous ne sommes pas là pour vous convaincre d'aimer les bulles et l'acidité, de bannir le rosé ou le sucre, vous interdire le rouge avec le poisson...Allez, nous pouvons même admettre que vous n'aimiez pas le vin !!! (notre mansuétude nous conduira à vous proposer des jus de fruits...)

 

 

Pour ces raisons, et mille autres encore, nous vous et nous souhaitons une année AAA, sens en éveil, un oeil ouvert et critique sur les agences de notation du vin et du goût, qui ne sont pas systématiquement bien intentionnées.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

8 et 15 Décembre, les deux grandes dégustations de l’année !!


 

 Samedi 8 décembre de 11 h à 19 h

 

Marienburg : Das Terroir !

Florian Busch nous rend visite pour la seconde fois : son français a beaucoup progressé et ses fabuleux Riesling sont toujours plus éclatants : 2010, l’année magique à Marienburg…

 

Agrapart, vigneron en Champagne

Pascal Agrapart n’est plus une valeur montante : il s’inscrit dans le groupe de tête des vignerons champenois. Le travail de la vigne prime sur tous les autres facteurs : finesse, fraîcheur et élégance marquent toutes ses cuvées.

 

Danjou-Banessy : la relève catalane

Attention, vins somptueux ! Sébastien et Benoît Danjou interprètent les schistes noirs, les galets et les argiles d’Espira de l’Agly avec une maestria confondante. Equilibre, tension, pureté : un domaine à suivre absolument.

 

 

 

Samedi 15 décembre de 11 h à 19 h

Domaine Laguerre, vins de granit. 

De son magnifique terroir d'arènes granitiques à près de 500m d'altitude, Eric Laguerre extrait des blancs magnifiques, salins et denses. Les rouges, qui ont gagné. Les rouges, qui ont beaucoup gagné en finesse, ne sont pas en reste. A (re)découvrir impérativement!

 

Coume Del Mas, un des plus beaux vignobles du monde

Collioure et Banyuls : cette montagne qui « tombe » dans la mer exige une bonne dose d’abnégation pour l’exploiter. Philippe Gard présentera ses grands blancs et rouges secs ainsi que ses Banyuls au fruité vibrant.

 

736, la meilleure des séries 7 de Jacquesson ?

Issue en majorité du très grand millésime 2008, la cuvée N°736 dépasse en pureté cristalline tout ce que cette belle petite maison a produit à ce jour en brut « classique ». Très peu dosé (1.5 g/l), aérien et persistant, c’est un champagne de grande classe.

 

Cognac : l’aristocratie des eaux de vie

L’orge et la canne à sucre ont le vent en poupe et le Cognac se boit surtout…ailleurs qu’en France. Pourtant, bien peu d’eaux de vie égalent l’extrême complexité d’une belle Grande Champagne longuement vieillie en son « paradis ». Claudine Dudognon distille elle-même, comme ses aïeux : petit domaine, gros stock d’alcools des temps anciens : le secret du « romantisme » de ses eaux de vie intemporelles…

 


 

Vendredi 23 novembre, à 19h00 précises à St Gély, entrée libre

La canne et le grain !
Nos coups de cœur du dernier salon « Whisky Live » à Paris.
Présentés par le toujours brillant Frédéric Grange, quatre whiskies et deux rhums:

- Nikka Coffey Grain
- Glendronach Cask Strength
- Yamazaki 18ans
- Compass Box Flaming Heart
- Caroni 12ans
- MG 9ans

Comme l’an dernier, nous dégusterons dans des verres Spiegelau Authentis Digestif et pour tout achat d’une bouteille de whisky, vous repartirez avec votre verre offert!

Jeudi 15 novembre, de 10h00 à 19h00 à St Gély

Beaujolais, version nature. Du nouveau et des « anciens » : Jean-Claude Lapalu à Brouilly, Jean-Louis Dutraive domaine la Grand'Cour à Fleurie, Domaine Chamonard à Morgon...

Samedi 10 novembre, de 11h00 à 19h00 à St Gély

Quand le Maury varie !
Il va vous falloir réviser vos classiques : le Maury rouge sec existe et Philippe Wies, arrivé seulement en 2008 à Maury est déjà un des meilleurs représentants de cette appellation. Encore un vigneron nature en Roussillon ! Oui, mais ce passionné de navigation sait éviter les écueils : ses cuvées de rouge et de blanc sont fraîches, franches, droites et digestes. La Petite Baigneuse ne nage pas en eaux troubles !

Un Irlandais sur le sol occitan !
Heureux qui comme Gavin a fait de beaux voyages ! Après avoir vinifié dans le nouveau monde, puis dans « notre » arrière- pays pour le compte d’autrui, il a créé La Traversée. Quelques hectares adossés aux premiers contreforts du Larzac à St Privat, une demi-douzaine d’œufs pour vinifier et élever son élégant cinsault et sa grande cuvée. Sans l’ombre d’un doute, Gavin Crisfield est un futur grand du Languedoc !

Primeurs 2011
Vous pourrez aussi goûter les 2011 « bruts de fût » du Château Veyry et du Clos du Jaugueyron qui font partie de notre offre primeur, disponible en pièce jointe.

 

Venez découvrir nos primeurs 2011 ! Bon de commande disponible ici

 

 

 

 

 

 

2012 est vendangé, vive...2010 !!!

 

Les premières certitudes concernant le millésime 2012 : la France atteint une des plus faibles récoltes de ces dernières décennies du fait de conditions climatiques difficiles tout au long du cycle végétatif de la vigne. Le Languedoc tire plutôt bien son épingle du jeu, car, s'il a fallu être attentif à l'état sanitaire au printemps, et patient après les blocages de maturité du mois d'Août, la qualité semble au rendez-vous grâce à une belle arrière saison. Nous aurons largement l'occasion d'en reparler après les vinifications et au cours de l'élevage des vins.

En attendant, c'est 2010 qui confirme son potentiel d'excellence, notamment en Languedoc et Vallée du Rhône : les vignerons commencent à "libérer" les belles cuvées de garde et ce, jusqu'au printemps 2013. N'hésitez-pas à investir sur les valeurs sûres à mettre en cave quelques années. Ce millésime complet, à l'équilibre parfait, pas démonstratif comme 2009, plus riche et complexe que 2008, ravira longtemps. Il clotûre en Méditerranée une décennie dont il est un modèle de réussite, au même titre que 2001 et 2007.

 

 

 

 

 

 

VIN BIO :


Après trois années d'âpres discussions à Bruxelles, le vin biologique existe enfin officiellement ! La commission européenne a mis en place en février, la réglementation qui s'appliquera jusqu'en 2015, date à laquelle une révision des pratiques est prévue. Le texte ne fait pas l'unanimité, de nombreux vignerons "bios" pointilleux trouvant la réglementation trop laxiste : encore trop de produits et de techniques autorisés lors de la vinification ! Considérons que cet accord "à minima" est évolutif et représente tout de même un progrès par rapport à la situation précédente où seul le raisin était certifié "culture biologique".

Didier Barral, Maxime Magnon, Thierry Hasard, Eric Pfifferling, Etienne de Bonnaventure, Nicolas Joly, Patrick Meyer, Marc Guillemot, Jean François Ganevat, Jacqueline André...et tant d'autres n'y trouveront pas leur compte. Mais, au fait, ces vignerons-là ne revendiquent rien et se "contentent" de travailler en conscience depuis des années et n'ont besoin ni de contrôle ni de label. Alors espérons que la réglementation évolue vers une restriction des intrants toujours plus accrue* et continuons à faire confiance aux "purs" qui disent ce qu'ils font et font ce qu'ils disent.


*et prions pour que la grande distribution cesse ses pressions pour pousser au laxisme et au bio à deux vitesses (2 législations dont une "allégée"), suceptible de lui fournir des vins à bonne image et forte marge issus de "petits arrangements".

 

 

 

 

 

Quels vins "goûtent" bien pour l'été ?



Les rosés bien sûr, depuis le rosé "de soif", clair, tendre et délicat (Faugères Tour Penedesses, Pic St Loup Mirabel, Escalette Ze Rosé, Coteaux d'Aix en Provence Château Revelette...) jusqu'au rosé "gastronomique" qui relève le défi de la tomate, des épices et des viandes grillées et que l'ail n'effraie pas (Mas Jullien et Mas des Brousses, Pic St Loup Grandes Costes et Foulaquier...)


Et si je n'aime pas le rosé ? (c'est trafiqué, ma religion me l'interdit, c'est pas du vin, c'est un vin de filles... rayez la mention inutile). Bon, dommage, mais c'est votre droit ! Les rouges d'été sont là pour vous "sauver" : Maxime Magnon avec sa Démarrante, Philippe Wies avec sa Trinquette ( La Petite Baigneuse, et, au passage, notez que c'est la première apparition d'un Maury sec, toute nouvelle appellation), Frédéric Juvet (pas Patrick) et son délicieux Carsaso de Roquenégade, feront de délicieuses bouteilles à servir légèrement rafraîchies. Sans oublier les biens connus Oeillade du Mas des Chimères, Pinot Noir de Clovallon et, pour quitter la région, le Bourgogne Chant de la Tour de Céline et Laurent Tripoz à Mâcon et Les Copains d'Abord des Sablonnettes en Anjou (Grolleau et Cabernet).


Allez, on vous révèle une alternative : les rosés-rouges ou rouges-rosés qui peuvent réconcilier partisans et détracteurs, comme le Tavel de l'Anglore, Métisse de Maxime Magnon, Consolation de la Coume Del Mas. Là, on entre dans un monde à part, celui des GRANDS ROSES. Si, ça existe !!!

 

 

 

 

 

5 très grands vins de France


Mercredi 25/07 et vendredi 27/07

 

 


Au temps des salades et grillades estivales, une incursion gastronomique pour « entretenir » les papilles :


 

Champagne Bollinger "Grande Année" 2002

Toast de Lard de cochon "Cul Noir" à la Truffe d'été


  

Meursault 1er cru "Charmes" 2004, Domaine des Comtes Lafon

Bouillon safrané aux coquillages de méditerranée


 

Saumur-Champigny "Le Bourg" 2007, Clos Rougeard

Agneau de Lait des Pyrénées braisé aux poivrons grillés


 

Saint Estèphe 2008, Château Cos d'Estournel (2ème Grand cru classé)

Fromages


 

Sauternes 1995, Château d'Yquem (1er grand cru classé exceptionnel)

Poêlé d'Abricot du Roussillon à la vanille et au Rhum,

crème glacée aux Amandes fraîches

 

 

 

Menu à 125€ vins compris.


 

 

Les réservations se fon t uniquement par téléphone au 04 67 69 96 47.

Le nombre de couverts est limité à 12 par soirée.

 

Vous êtes conviés à 20h30 précises, pour le début de la dégustation.

 

 

 

 

 

Un véritable V'estival...

 

2 Soirées Grange des Pères animées par Rémi Plassard les mercredi 11 juillet et vendredi 13 juillet chez de l'Art ou du Cochon à Port Marianne.

 

Au menu: 
-Escalivada de morue et Grange des Pères blanc 2009 
-Tartare de daurade royale à la mangue et Grange des Pères blanc 1999
-Filet de canard au sang, girolles, asperges grillées et Grange des Pères rouge 2009
-Fromages et Grange des Pères rouge 2000
-Pêche blanche pochée au cassis et Riesling Auslese Clemens Busch Marienburg 2007
  
Menu à 80.00 € vins compris. Le nombre de couverts est limité à 24 et les réservations se font uniquement par téléphone au 04 67 69 96 47.
Vous êtes conviés à 20h30 précises.

Vous pouvez désormais aussi retrouver les actualités de V. sur notre page facebook en cliquant ici

 

 

 

 

 

 

L'Art de l'enfance...


 Soirée vigneronne avec Olivier Jullien vendredi 29 juin chez De l'Art Ou Du Cochon à Port Marianne.

Olivier est une tête chercheuse, un précurseur bien ancré dans son terroir. Imprévisible, il est toujours captivant par l'originalité de ses points de vue, et la rigueur de sa démarche lui a permis de produire quelques uns des plus grands vins que cette région ait connu. Une rencontre passionnante en perspective...

 
Au menu: 
-Gaspacho de Betterave et Magret Fumé et Mas Jullien rosé 2011
-Carpaccio de noix de Saint Jacques à la truffe d'été et Mas Jullien blanc 2005 et 2010
-Porcelet "cul noir" de Bigorre braisé au piment doux et Mas Jullien rouge 2009
-Fromages et Mas Jullien rouge 1996
-Tarte Tatin fine d'abricots et crème glacée pistache et Méjanne 2008
  
Menu à 69.00 € vins compris. Le nombre de couverts est limité à 24 et les réservations se font uniquement par téléphone au 04 67 69 96 47.
Vous êtes conviés à 20h30 précises.

Vous pouvez désormais aussi retrouver les actualités de V. sur notre page facebook en cliquant ici

 

 

 

 

 

 

 

18.06 : ARRIVAGES

 

La liste non exhaustive des vins venant d'arriver ou disponibles sous quinzaine :

 

Chablis 1er Cru 2010 Pattes Loup "Montmains" et "Beauregard" : 22.70 €

Très réussis, ça part vite !!!

 

Maxime Magnon blanc "La Bégou" 2011 (18.50 €) et rouge "Rozeta" 2011 (17 €)

Euh, même antienne que pour les Chablis...

 

De jolis vins espagnols, portugais, italiens

Priorat Bellesa Perfecta 2008 (17.60 €)

Priorat Ferrer Bobet 2007 (44 €)

Dolcetto d'Alba Rinaldi et Figli 2009 (16.80 €)

Vinho Verde blanc ALR 2010 (12 €)

Et un somptueux Malaga Muscat d'Alexandrie passerillé d'une délicatesse et d'une persistance exceptionnelles :

Bodegas Bentomiz 2007 (24.80 €)

 

 

 

PROMOTIONS   de la semaine vins et champagne

 

Remise de 10 % à partir de 3 bouteilles, 20 % à partir de 6 :


Minervois rouge Domaine du Loup Blanc "Régal du loup" 2008, 10.40 € avant remise

Faugères rosé Domaine La Tour Penedesses 2010, 7 € avant remise

 

 

Champagne Larmandier-Bernier

 

Terre de Vertus non dosé


75 cl : 30.00 € au lieu de 36.50 €

150 cl : 73.00 € au lieu de 83.00 €

 

Rosé de Saignée


75 cl : 35.00 € au lieu de 43.00 €

 

 

 

 

 

 

 

Mirabel est arrivééé...  

 

Le blanc Loriot 2011, encore meilleur !


Le rosé 2011, plus délicat tu meurs !


Le Chant du Sorbier, Les Bancels, Les Eclats 2010 : le meilleur millésime pour Mirabel à ce jour...


Bémol : pas plus de vin que de coutume,blanc et rosé seront épuisés en 1 mois, les rouges en 6 mois

(parce que nous sommes économes)

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 SAMEDI 28 AVRIL de 11 h à 19h à St Gely
Dégustation (tendre et) sauvage

La Grange des Pères

 

Le "petit" domaine qui monte ! 

 

Pour la 2ème année consécutive, une récolte réduite de 40%... ne nous tenez pas rigueur de ne pouvoir fournir les quantités désirées.

 

Grand millésime en Languedoc, 2009 est-il grand à la Grange des Pères ? Venez le découvrir par vous-même !

 


 


  Les Enfants Sauvages


   Depuis le millésime 2003, Carolin et Nikolaus vivent leur rêve de vie saine,

   "connectée" à la terre, au rythme des chansons de Jim Morrison.

   La Culture biodynamique est une évidence, pas la sujétion à une mode. 

 

   Le domaine des Enfants Sauvages propose des rouges d’une grande délicatesse,

   un blanc cristallin de grenache gris et l’un des meilleurs muscats du Languedoc

   A découvrir!


 

 

 

 

 

 



SAMEDI 31 MARS, dégustation de 11 h à 19h
Un Chevrot de printemps !
et Montcalmès 2009, pour le reste de l'année...
Pablo et Vincent Chevrot "couvent" leur vignoble des Maranges situé à la porte sud de la côte de Beaune : 18 ha en conversion bio (label à compter du millésime 2011) pour 15 appellations différentes. De l'Aligoté fringant jusqu'au Santenay de garde, en passant par le Bourgogne Pinot Noir friand et le rare Maranges blanc, une belle gamme de flacons bourguignons à prix nettement plus doux que ceux issus des prestigieuses appellations voisines !!!
Et pour les "irréductibles qui n'aiment ni Pinot, ni Chardonnay ni Aligoté, MONTCALMES rouge et (très très peu) blanc dans le millésime 2009.

 


MON DOUX MAURY

Il va bientôt falloir s'enquérir du type de vin que recherchent nos clients lorsqu'ils demandent un Maury. En effet, les traditionnels vins doux catalans viennent d'être rejoints sous la même bannière A.O.P. MAURY, par des vins secs, et ce sur la même aire d'appellation (Maury, Rasiguères, St Paul, Tautavel) et à compter du millésime 2011. Le Maury sera donc le vin doux et le Maury sec, un vin classique, à base d'au moins 60 % de Grenache noir).
Maury rejoint donc Banyuls qui peut, depuis de nombreuses années, produire sur les mêmes parcelles, soit un vin sec soit un vin doux naturel : mais là, la différenciation est facile puisque les secs s'appellent...Collioure.

 

L'abus d'alcool est dangereux pour la santé. A consommer avec modération. acces Plan du site - Mentions légales - Agence de communication Publika - Contact / Accès