Gazette

Orange is the new white

Depuis quelques années, le vin "orange"est très tendance. A ne pas confondre avec le vin d'orange de mamie, il s'agit d'une catégorie de vin blanc pour laquelle le terme orange fait référence à la couleur soutenue de la robe. Celle-ci n'est pas dûe au vieillissement mais au mode de vinification : les "vins orange" sont en fait des vins issus de raisins blanc macérés en grappes entières pendant quelques jours, quelques semaines, ou...quelques mois. Au lieu d'envoyer les raisins fraîchement cueillis au pressoir pour en tirer le jus le plus rapidement possible, on encuve les raisins (en cuve, amphore, dolia, qvevri) et on les laisse macérer avec pour conséquence d'extraire de la couleur, un peu de tannins et (une fine ?) amertume. De fait, on a "réinventé" les plus vieux vins du monde ! Ceux que les Georgiens n'ont jamais cessé de produire depuis 8000 ans dans leurs jarres enterrées (Qvevris). Cette vinification naturelle redonne un bon coup de jeune à la "poterie" des grands contenants en terre cuite (qui servent aussi aux vins rouges et aux blancs classiques) et nombre de vignerons s'équipent de ces cuviers ancestraux. Certes, oui, mais...les vins oranges ? Eh bien, on trouve de tout, du meilleur au pire. Plus ou moins colorés, plus ou moins tanniques, plus ou moins amers. Réussis, ils s'accordent merveilleusement aux curry, tajines, poissons crus marinés. Le Muscat, qui "répond" bien à la macération peut produire un très délicat vin orange d'apéro. Pour ne citer que quelques domaines, le Muscat "Supernova" des frères Danjou, "l'Oiseau blanc" du Mas Foulaquier, le Pinot Gris "Macération" de Jérôme Bretaudeau, le Gewurztraminer "Lacher prise" de Lucas Rieffel ou le plus affirmé "Dolia" de Philippe Viret, chantre de la cosmoculture. Gageons qu'au delà de l'effet de mode et de l'attrait pour ce retour aux origines du vin, ne subsisteront que les flacons qui offrent un véritable intérêt gustatif dans les accords avec les mets.
 

Retour