Gazette

LE VIN SANS, LE VIN SAIN ?

Avez-vous remarqué la profusion de labels, de médailles, de notes et approbations de jury plus ou moins officiels et de mises en avant "green-washées" dans le monde de l'agro-alimentaire ? On ne sait plus ou donner de la dent et de la glotte ! Car le vin n'échappe pas à la tendance : il est bien tentant de récupérer commercialement la sympathie naturelle qui pousse le consommateur vers le "sans". Sans quoi, au juste ? Sans adjuvants, sans intrants, naturel, bio, biodynamique, sans soufre ajouté...Et maintenant, le vin VEGAN. Heureusement que le vin ne contient pas de Gluten ! Bon, nous sommes les premiers à défendre les vins les plus naturels possibles, le glyphosate, les insecticides et le soufre ne nous régalent pas. Mais à force de multiplier les informations, à force de soustractions hautement claironnées, les commerciaux ne risquent-ils pas de passer pour (ce qu'ils sont) des opportunistes, plus sensibles aux modes que prêts à adhérer à une philosophie globale qui dépasse de loin le monde du vin et de la vigne. Nos vignerons dits "nature" (ils n'aiment guère ce qualificatif) ont mis en place une démarche globale : la vigne est travaillée proprement, les vins sont vinifiés sans, où avec le moins d'intrants possibles, et celà participe pour eux d'une vision à long terme et, osons le dire, d'une philosophie de vie. Ils ne mangent pas n'importe-quoi, favorisent les achats de proximité, savent bien que la vitalité du tissu économique local est le gage de leur durabilité. Ils ne sont pas pour autant extrémistes et vivent avec leur temps; ils sont simplement engagés sur le long terme, ont le souci de la santé de leurs enfants, de leurs clients et de la leur aussi.

Permettez-nous de douter des motivations des négociants ou grands domaines qui inondent les linéaires de vins "sans", à l'affût qu'ils sont de la dernière tendance : non que "big" soit forcément "bad" et "small always marvelous", mais nous pensons qu'il n'est nul besoin de surenchère sur les étiquettes pour convaincre de sa bonne foi. Nous rencontrons nos vignerons, dans leurs vignes et dans leurs caves, ou sur des salons "sélectifs" dans lesquels il faut montrer "patte blanche" pour s'y inscrire. Des tricheurs éventuels ? Ils sont vite démasqués, petits domaines, petits vignerons, petit milieu...Alors, méfiez-vous des bouteilles qui en disent trop.

Et pour rire un peu, l'excellent (bien que très partial) blog de Vincent Pousson www.ideesliquidesetsolides.blogspot.fr et plus particulièrement le billet du 5.09 intitulé Monsieur moins et qui a inspiré cette petite chronique.

Retour